Thursday, 17 October 2019

Ossature

Envoyer Imprimer PDF

I- Structure d’une maison passive

Il existe différentes structures pour les maisons passives. Ces structures sont l’ossature bois (car le bois est naturel et est la matière la plus isolante) et le monomur (structure en briques alvéolées). Dans ces deux cas, il est question d’une qualité exceptionnelle des parois, des fenêtres et d’étanchéité à l’air. Les ponts thermique (zone dans une habitation comportant une variation de résistance thermique, soit une zone où l’air et la température de l’extérieur ou de l’intérieur ont de la facilité à passer) qui sont les endroits principaux de pertes de chaleur dans une habitation traditionnelle, sont nuls ou très minimes dans un bâtiment passif et cela est dû notamment à la très bonne isolation dont ces bâtiments bénéficient. Dans le cas de l’ossature bois, la maison est construite en grande partie avec des matières naturelles et est ainsi plus saine qu’une maison traditionnelle faites d’aggloméré de ciment, de plus, la réalisation est beaucoup plus rapide.

II- Isolation thermique

La notion de déphasage thermique (confort) est très importante. C’est le temps qu’il faut à la chaleur pour pénétrer à l’intérieur de l’habitat. On a vu que la maison à ossature bois est une excellente solution d’un point de vu écologique et d’une très bonne isolation, cependant l’inertie des murs est beaucoup plus faible qu’une maison traditionnelle en pierre ou en béton. Il faut compenser cet handicap par des sols et des cloisons réalisés avec des matériaux à forte inertie (béton, carrelage …). L’été, un bâtiment accumule la chaleur puis la restitue de manière diffuse à l'intérieur du bâtiment avec un décalage plus ou moins important dans le temps suivant son inertie thermique (capacité des matériaux à absorber et à restituer la chaleur). Plus un bâtiment a une masse élevée (poids) plus il a une inertie élevée, et donc de capacité à stocker la chaleur dans les murs, les planchers, les cloisons, etc. et à amortir les variations de température à l'intérieur du bâtiment. C’est l’inconvénient pour une maison à ossature l’été, car le déphasage est trop rapide à cause de sa faible inertie. Il faut donc penser à protéger les murs grâce à un store, avec un tonnelle, des végétaux appropriés, des arbres, penser à fermer les volets pour éviter que les rayons solaires réchauffent l’intérieur trop rapidement, faire une avancé de toit plus importante pour protéger les paroi des rayons solaires… L’avantage est donc donné aux maisons anciennes aux murs épais en pierre ou en béton qui restent donc fraîches en été. À l’inverse, dans les zones froides, une trop forte inertie du bâtiment le rendre difficile à chauffer l’hiver car les murs absorbent trop de chaleur et l’intérieur reste frais. C’est pourquoi l’inertie thermique d’une paroi doit être ni pas assez, ni trop grande. Le déphasage thermique représente donc le temps qu’il faut à l’onde de chaleur reçu sur la face extérieur d’une paroi pour qu’elle atteigne sa face intérieur. Il peut donc être utilisé comme un atout pour le confort d’été.

 

Explication: le matin, la température extérieure s’accroît et un transfert de chaleur débute. Un peu après midi, la température de l’extérieur est à son maximum, et la face intérieur s’élève légèrement mais est nettement inférieur à la température extérieur. Fin d’après midi début de soirée, la température extérieure est inférieur à celle de la face intérieur des parois qui vont donc chauffer l’air de la maison pendant la nuit. Puisque il fait jour et nuit environ 12 h, il est donc idéal d’avoir un déphasage de 12 h. En hiver il y a un avantage pour la maison à ossature bois car l’isolation est très bonne, et il y a un inconvénient pour la maison traditionnelle à cause de sa trop grande inertie ( inconfort des personnes car les parois sont froides). En hiver, la maison à ossature bois est donc chauffée grâce aux rayons solaires passant par les vitres qui réchauffent les éléments lourds (à forte inertie) donc à forte éffusivité (aptitude à favoriser l’inertie), dans la maison qui diffusent petit à petit la chaleur emmagasiner la journée. Mais pour la maison traditionnelle, à même épaisseur de paroi, l’isolation est beaucoup moindre. Pour l’isolation thermique il est donc essentielle de prendre en compte le déphasage et l’inertie thermique d’un habitat afin d’établir un équilibre en été comme en hiver. Tout est une question de calcul et de réflexion pour aboutir à une maison passive dont le confort est optimale. La maison ossature bois est donc une bonne démarche, encore faut-il penser au phénomène inertiel l’hiver, ainsi qu’a sa protection contre les rayons solaires l’été.

Sachant que pour avoir la meilleure isolation possible une maison passive doit être totalement hermétique. De cette façon le renouvellement de l'air doit être éffectué par une ventilation mécanique double-flux afin de perdre le moins de calories possibles lors de celle-ci.

Image au hasard

21022011101.JPG